échos du front hédoniste

12 février 2004

Microsoft refuznik

classement : politique; auteur : Max à 20h26

Version courte : soyez alter-cyber, boycottez Microsoft.

C’est pas un gag et il y a urgence.

C’est politique, c’est en notre pouvoir, ne le laissons pas aux pires.

On achète son café dans le commerce équitable, mais pour l’informatique, on bêle.

Il y a longtemps que je suis un anti Microsoft. Au début, mes raisons étaient plutôt techniques (voir, éventuellement, la digression à ce propos à la fin de cet article), mais maintenant, et depuis un moment, c’est vraiment un problème politique.

La critique :

Les ordinateurs sont partout. Ils sont indispensables et le seront de plus en plus. Dans leur écrasante majorité, ils "tournent" sous Windows. Comme si ça ne suffisait pas les applications "horizontales", c’est-à-dire d’usage général, par oppositions aux "verticales" spécialisés, sont aussi majoritairement dominées par M$. Internet Explorer pour fouiller la toile, Outlook Express pour le courrier, Microsoft Office pour la bureautique.

Et c’est super grave!

On n’a jamais vu, dans l’histoire du capitalisme furieux, une telle mainmise sur un secteur de marché. Même Coca–Cola, qui a pourtant déjà fait fort, n’a pas imposé sa limonade dans une telle proportion. Boire du Coca a pourtant moins d’implications.

Le problème, c’est qu’il ne s’agit pas, ici, d’un simple problème de bizness. Parce que l’informatique est maintenant incontournable, elle devient, comme l’énergie électrique ou les télécommunications, une ressource qui ne doit pas être un monopole privé. Et ici, non seulement M$ est dans une situation dominante qui est un quasi monopole mondial, mais cela ne lui suffit pas. Ses efforts de lobbying sont incessants pour gagner chaque nouvelle niche de pouvoir. Dans les téléphones portables, dans les PDA, partout.

Cherchant les informations techniques nécessaires pour utiliser mon téléphone portable GPRS, je me suis entendu répondre par le service technique d’Orange : "On ne supporte pas Mac (ni Linux)". Je me suis débrouillé sans eux. C’est un déni de service et une rupture de contrat - il n’est stipulé nulle part que l’inféodation à M$ est obligatoire pour utiliser le service GPRS! Conclusion : "Hors Microsoft, point de salut". Ce n’est plus une position dominante, mais un totalitarisme digne de l’église catholique dans sa meilleure (pire) période.

Oui, quand on achète des produits M$, on enrichit encore une compagnie milliardaire qui soutient la droite américaine et G.W. Bush en particulier. Riche, cette société ne l’est sans doute pas assez, car elle vient de lever un nouvel impôt sur sa piétaille soumise : taxer un format de volume (disque dur) breveté il y a une vingtaine d’années, sans aucune originalité, totalement obsolète technologiquement, mais très-très répandu, Windows oblige.

Un bon exemple d’abus commercial de position dominante.

Et ne croyez pas être plus malin si vous avez piraté Office ou d’autres applications M$. Même si tout le monde fait semblant de trouver ça super-mal, en réalité vous ne faites qu’enfoncer son clou. Preuve en est, que certains logiciels (Internet Explorer) sont diffusés gratuitement, tant que M$ estime avoir besoin d’assurer sa position. Vous aggravez sa position dominante en vous accoutumant à les utiliser et en abreuvant vos correspondants de fichiers Word, Excel ou Powerpoint qui ne correspondent à aucun format d’échange standardisé de l’informatique.

Et enfin, vous propagez les virus. Mais oui. Les populations d’ordinateurs sont comme les populations biologiques, quand elles pullulent elles favorisent la transmission des maladies. Ici, la situation est aggravée par la mauvaise qualité des logiciels M$, bourrés de failles. Si les ordinateurs étaient répartis plus également en plusieurs espèces, les programmeurs de virus seraient moins motivés et moins efficaces.

Résumé: Une énorme majorité des capacités informatiques mondiales est entre les mains d’une seule société privée américaine qui soutient la droite dure.

Les solutions :

Linux, Apple, Mozilla, OpenOffice.

Linux est un système d’exploitation, à même de remplacer Windows sur tous les types d’ordinateurs. C’est un logiciel libre, gratuit, issu d’un développement collaboratif mondial. Il est très stable et très performant. Il souffre d’une certaine technicité qui peut faire peur, et d’un manque d’applicatifs spécialisés. Un peu discutable dans l’esthétique et l’homogénéité de son interface visuelle.

Apple est, certes, aussi une société privée américaine (du coté "démocrate" de la politique US, je vous accorde que c’est une consolation limitée). Mais elle n’est pas en position dominante et il n’y a pas le risque de totalitarisme à court terme. Tout le monde connaît le Mac, alternative au PC, tant en matériel qu’en système où Mac OS remplace Windows. Comme son concurrent, il est livré avec des applications internet propriétaires : Safari et Mail. On trouve tout ce dont on peut avoir besoin comme applications spécialisées. Look irréprochable. Depuis Mac OS X, une bonne partie du logiciel système (et de Safari) est "open source". Il est à noter que Linux peut aussi tourner sur les Macs.

Mozilla est un combo internet (combiné), navigateur, courrier, tchatche, création de page web. Logiciel libre, collaboratif, gratuit. Conforme aux standards du web. Existe en version Linux, Mac, Windows.

OpenOffice est, comme son nom l’indique, l’alternative libre à Office de M$. Logiciel libre, collaboratif, gratuit. Il tourne sous Linux, Mac OS (X seulement) et Windows. Il a le défaut d’être très "lourd" au démarrage, mais il est puissant et très complet, multi-plateforme et sait lire et écrire tous les formats de fichier pour communiquer avec la face sombre de la force (doc, xls…).

mode d’emploi :

Vous êtes un particulier, pas spécialement branché sur l’informatique, achetez-vous un Mac. Facile et classieux.

Vous avez un PC que vous ne voulez pas bazarder tout de suite. Si vous êtes un peu amateur et dégourdi en informatique, passez à Linux. Pas possible pour le moment, pour raison x ou y; le minimum en attendant est d’adopter Mozilla et OpenOffice. Et prenez l’habitude de diffuser vos données dans des formats standardisés, non propriétaires : PDF, HTML, RTF, SYLK JPEG, MPEG etc…

Partout où il y a un parc informatique, et en particulier dans les services publics, l’éducation, la culture etc. … Les serveurs sous Linux, les postes Linux, Mac, Windows, selon les besoins réels. Logiciels libres autant que possible. Il n’est pas normal que de l’argent public soit dépensé quand il y a des alternatives gratuites et de qualité, issues pour une bonne part des universités. Beaucoup de ces décisions se prennent au niveau local, pas dans les ministères. Militons.

Enfin faisons pression sur tous les fournisseurs de services, téléphonie, internet et autres, pour que leurs prestations soient normalement accessibles quels que soient vos choix politiques en manières d’informatique.

technique :

Au départ, je voulais faire court. Mais comme j’ai tartiné, j’arrête ici. S’il y a de la demande dans les commentaires, on y reviendra.

liens :

Mozilla : http://frenchmozilla.sourceforge.net/

Openoffice : http://fr.openoffice.org/

Pour Mac OS X, à mon avis, le meilleur plan est NeoOffice/J, une version Java, plus lente mais beaucoup plus belle et qui ne nécessite pas X11 : http://www.planamesa.com/neojava/fr/

En ce qui concerne Linux le choix est large. Une des versions les plus populaires est Mandrake. Les puristes du logiciel libre préfèrerons Debian.

MB


Commentaires

  1. Cher maxou,
    Je suis tres d’accord avec le fond du propos.
    Quand a la forme, je suis trés en phase avec la commission européenne qui vient de
    condamner MS POUR ABUS DE POSITION DOMINANTE.
    Du point de vue pratique, il faut bien saluer, la formidable réussite de cet enfoiré de Bill Gate.
    Je pense d’ailleurs, et sans faire de parano excessive, qu’il a du dealer en coulisse
    avec l’administration intégriste américaine , la mise à disposition de ses moyens
    contre une certaine impunité, quand a l’abus de ses positions dominantes.
    Il est a noter que les états unis ont en la matière une legislation anti trust qui aurait du
    empêcher le developpement de tels positions.
    Si tel n’est pas le cas c’est trés probablement, que l’ethique n’a que peu de poids face aux
    interets nationaux américains.
    Quand a l’avenir???
    Je pense qu’il faut etre trés brillant pour avoir réussi a constituer un tel hegemonisme
    commercial.
    Mais il est aussi trés difficile de maintenir sur de longues périodes ce genre d’hegemonisme.
    Probablement que les années a venir verront se multiplier les actions internationales contre
    cette situation effectivement intolérable.
    En la matière, tous les fronts sont a soutenir, mais je crois plus a l’efficacité des états
    qu’a l’action individuelle.
    Si des alternatives grand public étaient disponibles en grande surface a des prix équivalents
    a ceux des PC remplis de MS products, alors il serait possible de voir se dessiner
    un horyzon plus équitable.
    Encore une fois, c’est l’action politique des états qui devra mobiliser les moyens de
    developpement necessaires pour que des systemes alternatifs puissent demain battre en
    breche les positions detenus aujourd’hquiui par MS avec le soutien de GWB.
    IL N’ YA QUE L’ACTION PUBLIQUE QUI SOIT EN MESURE DE COMBATTRE LES
    EFFETS PERVERS DE LA LOGIQUE CAPITALISTIQUE.
    IL NE FAUT PAS POUR AUTANT TOMBER DANS DES GENERALITES SIMPLISTES
    ET A L’EMPORTE PIECE, QUI REVIENDRAIENT A CONDAMNER EN BLOC LE SYSTEME
    CAPITALISTE.
    IL FAUT RECONNAITRE A L’ENTREPRISE PRIVEE QU’ELLE EST UN FORMIDABLE
    MOTEUR DE DEVELOPPEMENT.
    ET NE JAMAIS OUBLIER QUE CE SONT LES ACTIONS DES HOMMES ET DES
    FEMMES QUI LES PILOTE QUI EN FONT CE QU’ELLES SONT ET QUE EN LA MATIERE
    L’ETHIQUE ET LES VALEURS AUX SERVICES DESQUELS LES PILOTES AGISSENT
    EST DETERMINANTE!!!!!
    Comme toujours dans l’histoire, les bouleversements et les renversements de tendances
    sont excessifs , violents et douloureux, mais l’inéquité genere toujours les réequilibrages
    necessaires…
    Esperance, esperance.
    Nos esperances de vie sont toujours trop courtes pour observer sur la durée d’une seule
    d’entre elles, des amélioration,s tangibles a toutes ces inéquitées.
    Tous les jours comptent et nous sommes comptables de chacun de nos actes.
    FS

    Commentaire par F S le 11 avril 2004 à 14h34

Commentez cet article

Les champs d'identité sont facultatifs; il est plus classieux de signer.

Pour nous protéger des "spammers" (courriels de pub intempestifs), ce site masque les emails. Vous pouvez ajouter, pour être plus tranquille, un préfixe trompeur.
Exemple : niklapub-prénom.nom@bidule.fr


(si vous souhaitez être joint)

(si vous avez un site web)


Encore un truc antispam : tapez dans le champ "clé" suivant, les trois lettres "efh".

  

SQL : 22 requêtes || CPU : 0.044s || motorisé par WordPress